diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte

Prix littéraire

PRIX LORIENTALES 2018

La première liste

Bonjour,
Voici la liste non exhaustive des titres retenus pour le lorientales 2018. Si vous aviez des titres à proposer qui nous auraient "échappés", merci de nous les poster. Je vous rappelle nos critères de sélection :
Les romans devront être édités entre le 1er janvier et le 31 décembre 2017, écrits en français ou traduits. Les auteurs, vivants, pourront être de toute nationalité mais, le récit, les personnages, l'action, etc…devront nécessairement se référer à l'univers oriental.

Les livres en italique n'ont pas été reçus. 1ère réunion ce soir et la prochaine le 30 novembre. Les livres les plus pertinents émergeront naturellement de cette liste, bien fournie.

Ce prix en est à sa 8ème édition et maintenant près de 400 romans sont lus et relus par notre comité qui commence à avoir une certaine expertise. Ses choix, indépendants font du « Lorientales », un prix désormais respecté.
Dommage que les médias nationaux ne s’y intéressent guère et ne jurent que par les prix d’automne. C’est ainsi mais, demain sera un autre jour. J’y crois.
Omar Taleb
Actes Sud
Zabor Kamel DAOUD
La Maison andalouse Waciny LAREDJ
Un obus dans le coeur (NE) Wajdi MOUAWAD
Un oiseau bleu et rare vole avec moi Youssef FADEL
Le silence même n'est plus à toi Asli ERDOGAN
L'Eclat de rire du barbare Sema KAYGUSUZ
Imago Cyril DION
La Fille de Souslov Habib ABDULRAB SARORI
Le Manuscrit de Beyrouth Jabbour DOUAIHY
Hégires
Anne Carrere
Villa Taylor de MICHEL CANESI & JAMIL RAHMANI
Fin de journée au paradis, Nor Eddine Boudjedia
Aube
Gaza dans la peau Selma Dabbagh
Gymnopédie pour une disparue Ahmed Tiab
Nuit sans lune au Waziristan S. Mausoof
Ecriture
- la religion de ma mère, Karim Akouche
Elyzad
Les lendemains d'hier Ali Bécheur
L'Amas ardent Yamen Manai
Flammarion
- L'art de perdre Alice ZENITER
Gallimard
Nos années rouges Anne-Sophie STEFANINI
Cinquante grammes de paradis Imane Humaydane
La terre qui les sépare Hisham Matar,
Anatomie d’une disparition (Une disparition) Hisham Matar,
Grasset
La dépossession Rachid Boudjedra
Sauver les livres et les hommes Romain Gubert Père Michaeel Najeeb

Mécaniques du chaos Daniel Rondeau
Prisonnière du Levant Collection Nos héroïnes Darina Al Joundi
Harmattan
UN RÊVE ENDEUILLÉ Fatima El Bouanani
MARRAKECH PHOTO Christian Henri
LE GÉNÉRAL K Mustapha Yalaoui
GÉHENNE La spoliation Yanna Dimane
LE FAUX BARRAGE Hamid Benchaar
LA REINE DE BEYROUTH Nabil Malek
L'AFFAIRE MEURSAULT Michel Thouillot
LE PARFUM DE LEÏLA Khireddine Mourad
LE COUPABLE Hassan Banhakeia
BAS-FONDS DE LA HAINE Brahim Korib
FRAGMENTS DE VIE DE RIEN Bouchta Farqzaid
JC. Lattès
A la table du sultan Michèle Barrière
koukou
- Ali Bitchin pour l’amour d’une princesse riccardo nicolai
 Les arènes
- Sors la route t'attend Slimane ZEGHIDOUR
Libertalia
- Mirage gay à Tel Aviv jean Stern

Phébus

- Abu Bakr Ibn Tufayl L’Éveillé ou le Philosophe autodidacte
Serpent à plumes
L'enfant de l'œuf de Amin Zaoui
Anciennes nuits Niroz Malek
Seuil
Le djihad contre le rêve d'Alexandre Jean-Pierre PERRIN
Frères migrants Patrick CHAMOISEAU
L'empereur à pied Charif MAJDALI
Nos richesses Kaouther ADIMI
Robert Laffont
- La voix cachée Parinoush SANIEE


PRIX DU LIVRE LORIENTALES 2017

Le bleu entre le ciel et la mer, Susan Abulhawa, Denoël

Le Lauréat 2017
Le Lauréat 2017
Il y a 50 ans, quasiment jour pour jour, c'était la guerre des 6 jours.
Ce roman raconte la vie d'un famille palestinienne, une mélopée lancinante où se succèdent, malgré les cataclysmes qui s'abattent sur elle, mariages, naissances et morts.
Cette histoire d'une grande force poétique, portée par une femme, des femmes, nous envoie un message d'espoir, humaniste.


PRIX DU LIVRE LORIENTALES 2017

Les 5 finalistes

AFFICCHE_PLL_2017.jpg
 

Mon petit bled au Canada

Zarqa Nawaz

Zarqa Nawaz n’a que six ans quand ses parents, musulmans pakistanais aisés, s’installent au Canada. Le choc culturel est rude pour la fillette, qui doit affronter les préjugés de ses camarades autant que le conservatisme religieux de ses pairs… Jeune femme, elle a tôt fait de s’autoproclamer sultane de la dérision, et elle nous plonge dès les premières pages de ce roman tendre et hilarant dans la peau de cette enfant impertinente et lucide. Des mésaventures scolaires de la petite Zarqa à l’amour vache qui la lie à son flegmatique mari en passant par l’éducation de ses enfants, tout est délicieusement absurde, réaliste et d’une infinie tendresse dans ce récit d’une famille éternellement confrontée à sa différence culturelle et religieuse… et le résultat est savoureux, politiquement incorrect et salutaire.

 

Le Bleu entre le ciel et la mer

Susan Abulhawa

1947. La famille Baraka vit à Beit Daras, village paisible de Palestine entouré d’oliveraies. Nazmiyeh, la fille aînée, s’occupe de leur mère, une veuve sujette à d’étranges crises de démence, tandis que son frère Mamdouh s’occupe des abeilles du village. Mariam, leur jeune sœur aux magnifiques yeux vairons, passe ses journées à écrire en compagnie de son ami imaginaire. Lorsque les troupes israéliennes se regroupent aux abords du village, Beit Daras est mis à feu et à sang, et la famille doit prendre la route, au milieu de la fumée et des cendres, pour rejoindre Gaza et tenter de se reconstruire dans l’exil.

Seize ans plus tard, Nur, la petite-fille de Mamdouh, s’est installée aux États-Unis. Tombée amoureuse d’un médecin qui travaille en Palestine, elle décide de l’y suivre. Un voyage au cours duquel elle découvrira que les liens du sang résistent à toutes les séparations – même la mort.

Le Bleu entre le ciel et la mer est une histoire de femmes, de déracinement, de séparation et d’amour. Avec ce conte d’une beauté bouleversante, empreint d’humanité à l’état pur, Susan Abulhawa montre l’histoire de la Palestine sous un nouveau jour.

 

L'Exil

Ciler Ilhan

Ils ont subi toutes sortes de violences. Ils n ont le droit d exister ni dans leurs corps ni dans leurs âmes. Se conformer à leur âge, parler leur propre langue dans leur propre pays ou épouser la personne qu'ils aiment leur est interdit. Leur enfance et leur intimité leur ont été volées, comme leur a été refusé le droit de vivre leur vie.

Quels qu ils soient, d'où qu ils viennent, on les reconnait tous, ces gens ordinaires dont le destin peuple les pages glacées des magazines. Ils disent à la fois l'exil, le crime, la vengeance, les pleurs ou le retour. Avec ce récit universel, intime et bouleversant, sans concession, la jeune auteur turque avec ce livre, donne un visage et une voix aux victimes de l'exil et de l'injustice, sans jamais perdre espoir en l'humanité.


Ma part de gaulois

Magyd CHERFI

C’est l’année du baccalauréat pour Magyd, petit Beur de la rue Raphaël, quartiers nord de Toulouse. Une formalité pour les Français, un événement sis mi que pour l’“indigène”. Pensez donc, le premier bac arabe de la cité. Le bout d’un tunnel, l’apogée d’un long bras de fer avec la fatalité, sous l’incessante pres sion énamourée de la toute-puissante mère et les quolibets goguenards de la bande. Parce qu’il ne fait pas bon pas ser pour un “intello” après l’école, dans la périphérie du “vivre ensemble” – Magyd et ses inséparables, Samir le militant et Momo l’artiste de la tchatche, en font l’expérience au quotidien.

Entre soutien scolaire aux plus jeunes et soutien mo ral aux fi lles cadenassées, une génération joue les grands frères et les ambassadeurs entre familles et société, tout en se cherchant des perspectives d’avenir exaltantes. Avec en fond sonore les rumeurs accompa gnant l’arrivée au pouvoir de Mitterrand, cette chro nique pas dupe d’un triomphe annoncé à l’arrière-goût doux-amer capture un rendez-vous manqué, celui de la France et de ses banlieues.

Avec gravité et autodérision, Ma part de Gaulois raconte les chantiers permanents de l’identité et les impasses de la république. Souvenir vif et brûlant d’une réalité qui persiste, boite, bégaie, incarné par une voix unique, énergie et lucidité intactes. Mix solaire de rage et de jubilation, Magyd Cherfi est ce produit made in France authentique et hors normes : nos quatre vérités à lui tout seul !


Désorientale

Négar Djavadi

Si nous étions en Iran, cette salle d’attente d’hôpital ressemblerait à un caravansérail, songe Kimiâ. Un joyeux foutoir où s’enchaîneraient bavardages, confidences et anecdotes en cascade. Née à Téhéran, exilée à Paris depuis ses dix ans, Kimiâ a toujours essayé de tenir à distance son pays, sa culture, sa famille. Mais les djinns échappés du passé la rattrapent pour faire défiler l’étourdissant diaporama de l’histoire des Sadr sur trois générations: les tribulations des ancêtres, une décennie de révolution politique, les chemins de traverse de l’adolescence, l’ivresse du rock, le sourire voyou d’une bassiste blonde…

Une fresque flamboyante sur la mémoire et l’identité; un grand roman sur l’Iran d’hier et la France d’aujourd’hui.


REGLEMENT PRIX LITTERAIRE LES LORIENTALES 2017

Le 7ème Livre Lorientales sera choisi parmi les romans édités et sortis en librairie en 2017, francophones, écrits en français ou traduits. Les auteurs pourront être de toute nationalité mais, le récit, les personnages, l'action, etc…devront nécessairement se référer à l'univers oriental.

Le jury, si possible présidé par X, comprendra le Président des Lorientales ou son représentant et créateur du Prix, et les 20 jurés, habitants du pays de Lorient ou non.

Pour les personnes n'habitant pas le Pays de Lorient, ils devront au préalable adhérer aux Lorientales,

Les jurés seront choisis par Les Lorientales parmi celles et ceux qui en auront fait la demande par lettre ou par un courrier électronique à compter du 2 janvier 2018, en expliquant les raisons de leur candidature, leurs goûts littéraires et, en mentionnant bien leur acceptation de ce règlement intérieur, à l'adresse suivante:


- PRIX LORIENTALES

4 rue du Kreisker

56100 Lorient

- contact@leslorientales.com


Les candidats sont priés d’indiquer leur date de naissance, majorité requise, leur situation de famille, leur profession et leur adresse exacte, et d’envoyer leur courrier avant le 28 février 2018 à minuit, le cachet de la poste faisant foi.

Pour pallier une éventuelle défection de juré, il leur sera demandé de donner pouvoir au Président des Lorientales, lors de la délibération, et de lui remettre, sous pli cacheté, leurs choix.


Les membres du jury recevront cinq romans sélectionnés par un comité constitué par Les Lorientales.
Les jurés peuvent, s'ils le désirent, se procurer ou acheter ces livres, personnellement.

Le jury se réunira à Lorient le samedi 26 mai ou 2 ou 9 juin 2018 pour délibérer. La date sera fixée à l'issue de l'assemblée générale du 9 décembre 2017. La proclamation du résultat se fera l'après-midi de la date de la délibération, à 16:00.


Les jurés assisteront et participeront, dans la mesure de leurs possibilités, aux différents évènements consacrées au Livre Lorientales.

Les membres du jury sont bénévoles et ne recevront aucune rémunération ni aucune indemnité, sous quelque forme que ce soit.

Les livres qu'ils auront acquis à titre personnel ne leur seront pas remboursés.

Les livres qui sont prêtés resteront la propriété de l’association les Lorientales et seront restitués le jour de la délibération.

Le jury délibère valablement quel que soit le nombre des membres présents. La voix du président est prépondérante en cas d’égalité des voix.

Il n’y a pas de classement ex-aequo pour la désignation du Livre Lorientales.


Le fait même de participer à l’opération  Livre Lorientales implique l’acceptation pleine et entière de ce règlement.


Toute personne prenant part à cette opération renonce à tout recours sur les conditions de son organisation et de son déroulement, ainsi qu’à tout recours contre les décisions, y compris les résultats, du comité de sélection des livres ou du jury.

La responsabilité des Lorientales ne saurait être engagée à l’occasion des déplacements et séjours des jurés.


Omar Taleb

Président des Lorientales.

           

      Les dates clés:

      Lundi 2 janvier 2018: Appel à candidature pour le jury Lorientales 2017

     Lundi 28 février 2018 : Date limite d’envoi des lettres de candidature pour faire partie du jury 2017.

      Vendredi 16 mars  2018 : Réunion pour le choix des membres du jury et des 5 livres finalistes.

      Samedi 26 mai ou 2 ou 9 juin 2018, la date sera fixée le 9 décembre 2017 : Délibération et annonce du lauréat du Prix Lorientales 2017.

    


Prix Lorientales 2016

Le promeneur d'Alep, Niroz Malek, Le serpent à plumes

promeneuralep3copie.jpg

Le Promeneur d'Alep est le témoignage poétique et étourdissant d'un écrivain plongé dans la guerre. La voix de Niroz Malek nous parvient à travers les déflagrations et les rafales d'armes automatiques. Pourtant elle nous parle de choses simples, d'amis qui se retrouvent dans un café, de coeurs gravés dans les arbres, de promenades dans cette ancienne cité fabuleuse sur la Route de la Soie. Et du chaos qui guette derrière chaque bruit venu du ciel, devant chaque barrage hérissé de sentinelles.


Issu de la communauté yézidie, Niroz Malek est syrien, issu de parents kurdes. Il vit à Alep, sous les bombes.


Les mots du jury:

 

L’écriture en de courts paragraphe est comme « découpée » par la guerre, comme interrompue par les attaques, les bombardements, les coupures de courant…

 

Ecrit comme un carnet de voyage, un journal de résistance, Niroz Malek est la voix d’Alep...

 

Des images de guerre mais jamais d’image d’horreur. Comme un poème hors du temps où les personnages volent dans les airs comme dans un tableau de Chagall...

 

Témoignage poignant tout en retenue, toujours au dessus de la haine...

Superbe, magnifique, passionné et passionnant...


Prix Lorientales 2015

Les solitudes se ressemblent, Ahmed Kalouaz, Le Rouergue

1_24354.jpg

"les solitudes se ressemblent"

Ahmed Kalouaz

la brune le rouergue

Les mots du jury:

Court, très bien construit

Coup de cœur, le style, la sobriété de l’écriture

Limpide, pureté

Simple et direct

Densité littéraire, fluidité, richesse, un véritable poème

Très court mais très fort et puissant

Beau livre

Bouleversée

Tous les exils se ressemblent

Lumineux


Elu au premier tour.


Le texte de l'éditeur:

Réfugiée dans une chambre d'hôtel, Fatima a pris quelques jours de liberté pour se remémorer son histoire. Les hôtels, elle connaît pour y travailler comme femme de ménage, ainsi que pour des rencontres furtives avec son amant.

À sa naissance, sa famille vivait depuis trois ans déjà dans des baraquements, au bout d'une route étroite, entre les vignes. Là, à l'intérieur du camp de Saint-Maurice, dans le Gard, ont été parquées pendant plus de dix ans des familles de harkis, derrière des barbelés, à l'écart de tous. On les appelait les incasables.

Maintenant que le camp n'est plus qu'une friche, elle s'interroge sur les raisons de cette relégation imposée aux siens jusqu'au milieu des années 70. Elle se souvient de cette enfance peu ordinaire, de sa révolte adolescente. De ses parents silencieux qui jamais n'ont transmis cette histoire en loques, celle des harkis.

Poursuivant son travail de mémorialiste, Ahmed Kalouaz nous offre le portrait romancé d'une femme doublement stigmatisée, fille de traître et d'Arabe qui, comme tous ceux de sa génération, a eu tant de mal à trouver sa place dans la société française.

 

Né en 1952 en Algérie, Ahmed Kalouaz vit dans le Gard. Il est l'auteur de nombreux livres pour adultes et enfants, notamment une trilogie sur son histoire familiale, Avec tes mains, Une étoile aux cheveux noirs et À l'ombre du jasmin, publiés dans la brune.


Prix Lorientales 2014

Crime d'honneur, Elif Shafak, Phébus

« Ma mère est morte deux fois. » C’est par ces mots qu’Esma, jeune femme kurde, commence le récit de l’histoire de sa famille née sur les rives de l’Euphrate et émigrée à Londres en 1970.

L’histoire, d’abord, de sa grand-mère dans le village de Mala Çar Bayan, désespérée de ne mettre au monde que des filles, elle qui sait combien la vie ne les épargnera pas. L’histoire de sa mère, Pembe la superstitieuse, et de sa tante, Jamila la guérisseuse, sœurs jumelles aux destins très différents. L’histoire des hommes aussi, celle de son père, tour à tour aimant, violent, fuyant, et celle de ses frères, Yunus le rêveur, et Iskender. Iskender, l’enfant chéri de sa mère, la « prunelle de ses yeux », son sultan. Son meurtrier.

Enfin, l’histoire de ces immigrés qui ont choisi l’exil pour vivre de miracles et croire aux mirages, qui ont choisi la liberté et l’amour quand d’autres restent ancrés dans les traditions et portent au pinacle l’honneur d’une famille.

1image.php.jpg

Le Prix du livre Lorientales 2013

Alger sans Mozart, Canesi & Rahmani, Naïve

Alger sans Mozart, Canesi & Rahmani, Naïve
Alger sans Mozart, Canesi & Rahmani, Naïve
Pour sa 3ème édition, le prix Lorientales a été attribué ce samedi 1er juin à Lorient à Alger sans Mozart de Michel Canesi & Jamil Rahmani (éd. Naïve). La remise du prix en présence des deux lauréats aura lieu mercredi 12 juin 2013 à 18h30 à la Médiathèque F. Mitterrand (auditorium) à Lorient

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles


Prix Lorientales 2012

Je ne suis pas celle que je suis, Chahdortt Djavann, Flammarion

9782081227545_cm.jpg
Des vies différentes dans des villes différentes, et une même femme.

Deux histoires entrelacées. L'une, picaresque, nous fait voyager en compagnie de l'héroïne, qui traverse mille et une épreuves, de Téhéran au golfe Persique, de Dubaï aux rives du Bosphore. Et l'autre, intime, à Paris, se construit dans le cabinet d'un psy. Pour la première fois une psychanalyse nous est dépeinte, séance par séance, comme un tableau impressionniste. Le rapport au père, à la mère, aux hommes, la prison, la torture, le viol, la prostitution, la solitude, l'exil et la langue française dont il faut s'emparer pour faire le récit d'une vie, pour se réconcilier avec la vie sont les thèmes de ce livre.


interview


Prix Les Lorientales 2011

Toute une histoire, Hanan el-Cheikh

histoire.jpg

L'auteure a recueilli les confessions de sa mère, qui, en dépit de son infidélité conjugale, apparaît comme un symbole de courage et de dignité. Portrait d'une femme du peuple, rusée, truculent, enjouée...


Liban


Actes Sud, Arles (Vaucluse)

Mondes arabes.

Le prix du roman arabe de l'Institut  du Monde Arabe a été décerné le 18 mai 2011 à la romancière libanaise pour son ouvrage "Toute une histoire".

Notre jury couronnera-t-il aussi cet ouvrage? Réponse le 8 juin 2011 à 17:00.


Les partenaires du Prix du livre Lorientales

Librairie "Au vent des Mots"

12976822955.png


Médiathèque de Lorient

3image.php.jpg


Groupe NASS & WIND

2image.php.jpg